Rencontre avec Bobaa Phett et le K.O

ko-okAlors que leur dernier projet « Dans l’ombre du vestiaire » vient de sortir, le Collectif Ko Technik en la personne d’un de ses membres nous aide à mieux comprendre cet album et le groupe en général. Rencontre avec Bobaa Phett et le K.O.

Tout d’abord peux tu nous présenter le K.O. (sa fondation et ses membres).

Le K.O. est né de la réunion de deux groupes, Kaligraf (Sp, Spampa et Phett) et O.L.G (Murasame, Shen’J et Low Cut). La rencontre s’est faite par l’intermédiaire de Dj Low Cut qui nous avait filé un coup de main sur notre premier maxi « Derrière Les Masques ». Par la suite il nous a présenté le reste de son équipe et comme tu peux t’en douter, un Dj, 6 Mc, ça peux vite devenir très sale!

ko-crewLe courant est bien passé et on a commencé à bosser tous ensemble ce qui a aboutie à notre première track officiel « Dream Team » sur le maxi d’O.L.G « Hip Hop Therapy ». Gros kiff! et donc la décision est prise de pousser le concept plus loin, naissance du K.O. ce qui résulte sur la sortie de la net-tape « K.O. Technik« .

Les retours sont très positifs autant dans les téléchargements que lors des quelques (trop rares) concerts donnés dans le cadre de la promo et naturellement on embraye sur l’enregistrement d’un album uniquement composé de face A histoire de vivre le rêve jusqu’au bout!

Rentrons dans le détail du dernier projet : Peux tu nous expliquer le titre de cet album « Dans l’ombre du vestiaire » : vous êtes un collectif qui existe depuis un moment, on comprend l’ombre mais pourquoi le vestiaire (on comprend l’allusion au sport/à la boxe), mais peux tu nous en dire plus ?

On dit d’un challenger qui bat un champion qu’il est sorti de l’ombre du vestiaire. C’est exactement l’état d’esprit dans lequel on sort cet album, pour faire nos preuves / entrer dans la compétition…

« KO Story » est l’histoire du collectif, avec votre rencontre : sortir de l’adolescence, rencontre avec une/deux cliques mais encore ? Tu as bien résumé ce morceau.

la-fissure« La fissure » sociale : morceau clipé, plus « conscient » sur la vision de l’état, sur la jeunesse et la cité (ce champ de béton) : zone de non droit, assedic, trafic, colère, argent, formatage, l’éducation, le stress, la justice à deux vitesse mais encore …

« La fissure », triste constat, résultant de cinq ans de gouvernance d’un parti qui s’est appuyé sur l’opposition (riches face aux pauvres,  français face aux étrangers, fonctionnaires face au privé ….) pour masquer ses déficits, tenter de faire passer certains de ses projets et générer du buzz puisqu’ils pensent (à juste titre?) que toute publicité est bonne à prendre. Le tout orchestré par des débats le plus segmentant possible (Islam, justice, immigration), diviser pour mieux régner…la fissure.

« Addiction au gros son » avec Grain2Caff : un message clair, une allégorie à la drogue que vous prenez en kilo et votre besoin d’en faire : « je ne fais que dans la pure » : quelle est cette pure dont tu parles ?

« Addiction au gros son », un simple freestyle, un peu provocateur, certes, mais tellement vrai! Cette passion pour le rap peut couter très cher et je ne parle pas que d’argent. Mais bon quand t’es accro…


De manière générale qui vous accompagne sur vos instrumentales/comment se fait leur choix (elle sont très souvent lourde et grasse comme une bonne weed)

Pour les prods, une seule exigence, du gros son avec toujours à l’esprit une pensée pour la scène! On se repose principalement sur nos producteurs maison, Low Cut, Sp et Murasame.

Quels sont vos prochains projets ? Scènes ?

Les projets: les solos! le premier à débouler c’est Low Cut avec son projet N.Y. Minutes en mars dans les bacs, 18 titres avec l’underground de New-York!

ko-phettJe voudrai revenir sur toi plus en détail :
- pourquoi (tel Squat avec qui tu as d’ailleurs déjà collaboré) masquer ton visage/ta personne ?
- d’où te viens cette forme de rap/flow avec un instinct animal/sauvage et ta technique de rime particulière

Alors en ce qui me concerne, comme dit l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés »! Plus sérieusement, j’ai toujours été fan de ce genre d’image, ou d’absence d’image, quand j’étais plus jeune j’adorais « La Rumeur » par exemple et puis je suis plutôt introverti enfin ça me permet de coller à mon personnage de Boba Fet (Ndlr : le chasseur de prime dans StarWars).

Pour mon flow et ma voix, c’est pour moi un élément essentiel pour me démarquer, me construire une identité sonore. Donc dès le départ j’ai travaillé là dessus en cherchant  à obtenir quelque chose d’unique et Le côté animal est venu de manière instinctive. Ma technique et mon écriture, je les ai développés au Sénégal, c’est là que j’ai fait mes classes. C’est une école très technique, tournée en priorité vers les États-Unis pour le flow et vers la France pour les textes, le fond et la forme en somme.

Qu’évoque pour toi HipHop4ever ?

HipHop4Ever: Un son de Busta Flex, « pour les acharnés et pour les rêveurs… »

PEACE

Découvrez le clip du morceau « Mon rap » avec Sear Lui même.

Retrouvez le K.O et procurez  vous l’album sur :

Partageons le HH
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien