Rencontre avec Lucio Bukowski (L’Animalerie) [Intw]

LB COVERAprès son passage sur la scène du Canal 93 à Bobigny – avec l’Animalerie – crew/collectif rapologique basé à Lyon, nous avons voulu poser quelques questions à Lucio Bukowski : ce Maître de Cérémonie, qu’on pourrait (selon beaucoup) appeler Maître des Lettres tellement celui ci soigne le fond, la forme et tente non pas d’éduquer ses auditeurs mais de les amener à la réflexion et à la lecture tout simplement. Voici une brève rencontre avec Ludo (son vrai prénom) sans chi chi et sans bla-bla – bref sans artifice, pourtant : voila un vrai artiste à découvrir ou re-découvrir.

LB LIVRES OKLucio, dans l’Animalerie, quel animal es tu ? un fauve aussi ?  Pourquoi ?

Peut-être le loup… animal de meute mais également solitaire… il vit dans la sociabilité, appartient au groupe, mais il peut aussi errer seul, se confronter au monde et à lui-même…

Après quelques EP, Un LP « sans signature » qui se voulait un condensé de ton travail sur 10 ans, un tout récent EP gratuit « L’homme vivant », pourquoi et comment es tu arrivé au rap ? (ndlr : le morceau ci-dessous parle de ses débuts : « D’abord » – extrait de son album « Sans Signature)

Je suis d’abord un « auteur », si ce mot a encore un sens … c’est à dire que j’ai écrit avant de rapper … bien avant … et que j’écrirai longtemps après avoir arrêté le rap … C’est l’écriture qui m’a amené à la musique … non l’inverse … j’écrivais des poèmes, des nouvelles … et puis vers mes 15 ou 16 ans, étant amateur de rap, j’ai trouvé naturel de concilier les deux disciplines … cela s’est fait logiquement … sans arrière-pensée … et me voici dix ans plus tard …

LB2

On sent chez toi une profonde envie de te démarquer des autres (au sein de l’Animalerie, mais aussi auprès de tous les rappeurs) par tes textes ciselés et une envie profonde de donner envie à tes auditeurs de se cultiver, de pousser ces derniers à lire … tes textes sont en effets pleins de références – pourquoi cette démarche – quelle est ta formation universitaire ?

Il ne s’agit pas d’une « envie de se démarquer » mais encore une fois d’un acte naturel, fruit de ma vision du monde, de la vie… Mon existence entière gravite autour des arts et des livres… je suis obsédé par la « découverte » telle qu’elle soit, littérature, peinture, musique, cinéma, artisanat, sciences, nourriture… Je souffre d’une curiosité compulsive qui me pousse à épurer chaque sujet dans lequel je me plonge… Je pense sincèrement que les arts, et notamment la lecture, m’ont détournés à de multiples reprises des mauvais choix de vie… et j’y trouve concrètement un plaisir et un épanouissement qui touche presque à « l’amour » dans son sens spirituel… A partir de là, comment pourrais-je faire de la musique et être entendu par un certain nombre de personnes sans partager ce bien avec eux… car la pire des choses pour moi est la conservation jalouse des savoirs par ceux qui les détiennent…

LB LIVRES

Petit focus sur ton dernier projet et le morceau « les faiseurs d’illusions sortent des lapins morts de leurs chapeaux » sur une prod electro – un morceau qui illustre le fait que tu souhaite que les gens visent la connaissance – une critique tant de la droite que de la gauche – un gros texte sur ta peur de l’avenir, sur l’entraide, le savoir et la culture – mais encore ?

Mais encore rien … ce morceau se suffit à lui-même … j’ai la sensation d’y avoir intégré ce que je voulais à l’instant ou je l’ai écrit … le titre aurait presque suffit … J’ajoute que la prod de Haymaker est tombée pile… c’est exactement la couleur que je recherchais…

Quelle est la suite pour toi ? Tes projets ? Un livre ?

Un album avec Nestor Kéa, un album avec Mani Deïz, un autre EP avec Haymaker, un EP produit par Nadir, l’album avec Anton Serra et Oster Lapwass, l’album avec Kyo Itachi ... (la plupart de ces projets sont quasiment déjà écrits … voire enregistrés pour certains …) Et puis un roman en cours d’écriture… mais c’est le travail le plus complexe que je n’ai jamais entrepris …

Lucio B – Demain Sera

Que signifie pour toi HipHop4ever ?

Je ne suis pas un « militant rap », un « activiste » … pour moi ce n’est qu’un vecteur d’expression … même si j’aime cette musique sans nul doute …

Le mot de la fin ?

Lisez !

LB1

Lucio et les Animaux de l’Animalerie ont ensemble enflammé Canal 93 à Bobigny lors d’une des dates du Festival Terres HipHop – on vous en reparle bientôt.


Lucio Bukowski – Les faiseurs d’illusions sortent …

En attendant, le dernier EP « L’homme Vivant » de Lucio Bukowski est toujours disponible gratuitement >ICI<

Plus d’informations :

Facebook LB

Twitter

Site Officiel

Photos de Live : (C) BalkCreative

Partageons le HH
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien